L’égo : un obstacle à l’intelligence collaborative

ego et intelligence colelctive

Pour un meilleur fonctionnement de l’intelligence collaborative, il faudrait que l’entreprise puisse évoluer dans un environnement stable dans une harmonie parfaite et un climat de confiance entre les collaborateurs de l’entreprise. Cependant, il arrive souvent que certains obstacles viennent entraver la bonne mise en pratique de cet outil de collaboration biaisant ainsi le système de communication et les différents rapports au sein des équipes.

Parmi ces obstacles, un des plus fréquents est sans doute l’égo.

L’ego : un élément toxique.

Un groupe peut s’avérer être toxique et contre-productif à partir du moment où il est pollué par une espèce de jeu de pouvoir, des attentes cachées et mal comblées qui donnent l’occasion à l’ego d’apparaître au détriment,  de la confiance en soi de tout un chacun, de l’estime mutuelle et de la liberté d’expression dans une équipe.

En effet, le besoin d’être reconnu, suivit d’une attitude de domination va créer des comportements qui persécutent et offrent moins d’espace aux autres. Par rapport à une attitude dominante ou dominée des uns et des autres et de leurs attentes à satisfaire, il est possible d’aboutir à un ensemble d’éléments qui empêchent une bonne collaboration.

Ainsi, on observe : des situations de retrait suivi d’une expression d’opinion très rare. Des conflits cachés ou ouverts, des incompréhensions, des rancunes, des frustrations et des tensions qui conduisent à la méfiance et réduisent ainsi la capacité de l’équipe à produire. Des intentions de prise de pouvoir qui se traduisent par de la manipulation, les prises de positions radicales, le sabotage, la diffamation, etc.

De manière générale, ces situations de stress au sein du groupe conduisent généralement à des frustrations très souvent inconscientes, qui  conduisent généralement à  la naissance de l’égo ainsi qu’à  la baisse de la motivation de travail  au sein d’un  groupe.

Les entreprises ont pendant longtemps contribués à engendrer cette situation collaborative néfaste. Cela est perceptible au travers de la promotion de la compétition dans un groupe, qui situe chaque collaborateur dans une situation inconfortable, car obligé continuellement à faire ses preuves pour ne pas être sanctionné.

Cependant, pour la mise en œuvre d’un meilleur fonctionnement de l’intelligence collaborative au sein  d’une entreprise comme des outils d’intelligence collective, il existe de nombreuses solutions pertinentes pouvant servir à éliminer de manière efficace l’égo.

Mettre en avant l’estime de soi.

Mettre en avant l’estime de soi. Contrairement à l’opposé de l’égo, considéré les avis de tout un chacun  dans un groupe réduit considérablement sur le long terme,  les inquiétudes relationnelles d’une personne. Dès lors qu’un individu se sent  intégré et considéré comme il se doit dans un groupe,  de manière inconsciente, il active automatiquement un mécanisme d’implication profonde et d’interaction favorable  à l’évolution du groupe.

Faire une lecture émotionnelle.

La lecture émotionnelle est différente de l’intelligence émotionnelle. Il est question ici d’aller fouiller à l’origine des émotions négatives, les éléments qui les ont causés afin de les combler. Offrir des formations aux dirigeants dans la lecture émotionnelle va leur permettre d’avoir accès aux attentes des collaborateurs d’une équipe. Une fois les sources et les causes connues,  il est plus facile à un dirigeant ou aux autres collaborateurs d’y apporter des solutions appropriées pour combler cette blessure émotionnelle.

 La lecture émotionnelle favorise une compréhension rapide des autres. Par ailleurs,  en identifiant et en comblant nos attentes par nous-mêmes, nous évacuant de manière naturelle l’égo qui était toxique à notre entourage. En outre, faire des formations à une équipe pour la lecture émotionnelle, c’est une possibilité offerte à tout un chacun de comprendre les caractéristiques des attitudes toxiques pour les autres.